Messianique de Toulon

AMT – EMET – אמת

Etude sur la Paracha

Paracha Vayéra

« Il apparut »

Parasha : Bréshit/Genèse 18 :1 – 22 :24

Haftarah : Melakhim Beth/ 2 Rois 4:1-37

Brit Hadasha : Iohânan/Jean 19



Ce qu’il faut savoir :

  • D.ieu apparaît à Avraham dans les plaines de Mamré, le troisième jour suivant sa circoncision à l’âge de 99 ans. 
  • Avraham voit trois hommes/messagers et leur offre l’hospitalité.
  • Un messager dit à Avraham qu’il aura un fils à pareille époque l’année prochaine : Yts’hak.
  • Avraham plaide en vain, en faveur de la cité corrompue de Sodome. Loth et sa famille sont épargnés. Cependant la femme de Loth désobéit à l’ordre d’HaSheM et se retourna pour voir la cité détruite. Elle devient un pilier de sel. Les filles de Loth persuadées que leur père est le dernière homme sur terre manigance un stratagème pour avoir commerce avec lui et par ce fait avoir une descendance. Elles enivrent Loth, partagent sa couche et conçoivent deux fils qui seront les pères des nations de Moav et d’Amon.
  • Avimelekh enlève Sarah – qui avait été présenté comme la sœur d’Avraham – D.ieu avertit Avimelekh au travers d’un rêve qu’il mourra s’il ne rend pas Sarah à son époux. 
  • Sarah donne un fils appelé Isaac (Yits’hak, qui signifie « rira »). Yits’hak/Isaac est circoncis à l’âge de huit jours.
  • Hagar et Ichmaël sont chassés de la maison d’Abraham 
  • Avimelekh conclut une alliance avec Abraham à Beer-Cheva
  • D.ieu éprouve Abraham en lui commandant de sacrifier Yits’hak/Isaac sur le mont Moriah (le Mont du Temple à Jérusalem). 
  • Lorsqu’Avraham lève le couteau pour égorger son fils, une voix céleste lui commande d’arrêter. Avraham sacrifie un bélier ayant les cornes coincées dans un buisson  .
  • Avraham apprend qu’une fille, Rebecca (Rivkah) est née à son neveu Bethouel

 

 

La Akéda d’Yits’hak : une annonce Messianique

 

Premièrement la Akéda Yits’hak, ligature d’Isaac s’avère être la dernière et la plus complexe épreuve d’Avraham Avinou ainsi qu’il est dit : « C’était la plus difficile des 10 épreuves qu’Avraham a subi » [guémara Sanhédrin 89b].

 

Et voici ce que nous disent les Écritures :

וַיְהִי, אַחַר הַדְּבָרִים הָאֵלֶּה, וְהָאֱלֹהִים, נִסָּה אֶת-אַבְרָהָם; וַיֹּאמֶר אֵלָיו, אַבְרָהָם וַיֹּאמֶר הִנֵּנִי

Béréshit 22 : 1 «Vayéhi Akhar hadévarim haélé VéHaElohim nissa vet Avraham … »

Béréshit/Genèse 22 : 1 « Il arriva, après ces faits, que D.ieu éprouva Avraham. II lui dit: « Abraham! » II répondit: « Me voici. » »

 

Les premiers mots cet épisode semblent très spéciaux ; HaSheM appelle Avraham et Avraham répond « me voici ! » qu’elle étrange tournure n’est ce pas ? En réalité D.ieu sollicite Avraham en lui demandant répondre en qualité d’Avraham en qualité de Hessed ! On peut imaginer que la personne procédant à un tel acte (ligature) n’a pas « tous ses esprits ». De nos jours les gens diraient qu’une personne faisant un tel acte a probablement consommé des stupéfiants douteux. Or là, HaSheM lui lui demande d’être totalement lui-même, de répondre en tant qu’être totalement conscient et en pleine possession de ses moyens.

 

וַיֹּאמֶר קַח-נָא אֶת-בִּנְךָ אֶת-יְחִידְךָ אֲשֶׁר-אָהַבְתָּ, אֶת-יִצְחָק, וְלֶךְ-לְךָ, אֶל-אֶרֶץ הַמֹּרִיָּה; וְהַעֲלֵהוּ שָׁם, לְעֹלָה, עַל אַחַד הֶהָרִים, אֲשֶׁר אֹמַר אֵלֶיךָ

Béréshit 22:2 «Vayomer Karna èt binkha (…) véLekh lékha el èrèts haMoriah (…)Vé Ha léhou cham léhahola (…)»

Béréshit/Genèse 22:2 « II reprit « Prends ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Yits’hak/Isaac; Va vers toi vers la terre de Moria et là offre-le en holocauste sur une montagne que je te désignerai. » »

C’est ici que commence l’annonce Messianique de Yeshoua.

  • D.ieu demande à Avraham de prendre son « fils unique » Ainsi qu’il est dit : « Car D.ieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique (Yeshoua) … » Iohânan/Jean 3:16
  • Il lui précise en disant « celui que tu aimes » ainsi qu’il est dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection Mattityahou/Matthieu 3:17

 

« Vé Ha léhou cham léhahola »« offre-le là-bas en holocauste » le mot olah עֹלָה à pour signification première l’offrande entièrement consumé et en second plan une « montée », « un escalier » ou une « une marche ». La connotation du sacrifice (hébreu קרבן, au pluriel קרבנות – korbanot –, de la racine קרב – karov –, signifiant « approcher, apporter ») n’est pas celle conçut dans le système occidentale. En réalité le sacrifice est là pour rapprocher la créature du Créateur. C’est ici l’une des raisons pour lesquelles les hébreux montaient au Temple. Ils offraient des sacrifices, pour se rapprocher d’Hakadosh Baroukh-hou (le Saint Béni soit-Il).

 

 וַיֹּאמֶר אַבְרָהָם אֶל-נְעָרָיו, שְׁבוּ-לָכֶם פֹּה עִם-הַחֲמוֹר, וַאֲנִי וְהַנַּעַר, נֵלְכָה עַד-כֹּה; וְנִשְׁתַּחֲוֶה, וְנָשׁוּבָה אֲלֵיכֶם

Béréshit/Genèse 22:5 « Avraham dit à ses serviteurs: « Tenez-vous ici avec l’âne; moi et le jeune homme nous irons jusque là-bas, nous nous prosternerons et nous reviendrons vers vous. »

 

« Vayomer Avraham el na’ar-iv »« Avraham dit à ses serviteurs » : d’après la tradition « ses serviteurs » sont :

  • Eliezer le talmid/l’élève d’Avraham et
  • Ichmaël son fils issu de l’union avec Hagar.

Avraham ordonne à ses serviteurs de rester avec l’âne, en hébreu חֲמוֹר hamor, qui se traduit par « âne » mais qui veut également dire « matière ». Ainsi Avraham enjoint à ses serviteurs de rester au niveau de la matière tandis que lui et son fils Yits’hak monteront à un niveau supérieur bien plus élevé.

Le verset 6 de ce chapitre nous démontrera également le lien évident qui réside entre le sacrifice de Yeshoua et cette Akéda.

וַיִּקַּח אַבְרָהָם אֶת-עֲצֵי הָעֹלָה, וַיָּשֶׂם עַל-יִצְחָק בְּנוֹ, וַיִּקַּח בְּיָדוֹ, אֶת-הָאֵשׁ וְאֶת-הַמַּאֲכֶלֶת; וַיֵּלְכוּ שְׁנֵיהֶם, יַחְדָּו

Béréshit/Genèse 22:6 « Avraham prit le bois du sacrifice, le chargea sur Yits’hak/Isaac son fils, prit en main le feu et le couteau et ils allèrent tous deux ensemble. »

Le Rav Ouri Cherki dit sur le ton de l’humour que le midrash enseigne la chose suivante: « c’est comme un crucifié qui porte sa croix ». Ainsi qu’il est dit : « Yeshoua, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. » Iohânan/Jean 19:17 L’allusion au sacrifice de Yeshoua est clair dans ce pashouf/verset. Yeshoua, lui le Melekh haMashiah porta « le bois du sacrifice » (la croix) jusqu’au mont Golgotha.

 

וַיֹּאמֶר יִצְחָק אֶל-אַבְרָהָם אָבִיו, וַיֹּאמֶר אָבִי, וַיֹּאמֶר, הִנֶּנִּי בְנִי; וַיֹּאמֶר, הִנֵּה הָאֵשׁ וְהָעֵצִים, וְאַיֵּה הַשֶּׂה, לְעֹלָה.ח וַיֹּאמֶר, אַבְרָהָם, אֱלֹהִים יִרְאֶה-לּוֹ הַשֶּׂה לְעֹלָה, בְּנִי; וַיֵּלְכוּ שְׁנֵיהֶם, יַחְדָּו.

Béréshit/Genèse 22:7-8 « Yits’hak/Isaac, s’adressant à Avraham son père, dit « Mon père! » Il répondit: « Me voici mon fils. » II reprit: « Voici le feu et le bois, mais où est l’agneau de l’holocauste? » Avraham répondit: « D.ieu choisira lui-même l’agneau de l’holocauste mon fils! » Et ils allèrent tous deux ensemble. »

 

La tradition nous apprend qu’Yits’hak part sacrifier sa vie avec joie pour accomplir la volonté de D.ieu, il est conscient. Tout comme Yeshoua dira : « Personne ne me l’ôte (la vie), mais je la donne de moi-même ;… » Iohânan/Jean 10:18

 

Voici l’explication tirée du Komets Hamin’ha : Cependant Yits’hak est tourmenté par une certaine appréhension : « En effet, les moqueurs de l’époque disaient que c’est d’Avimèlekh que Sara était devenue enceinte, puisqu’elle était demeurée si longtemps avec Avraham sans avoir eu d’enfants. » (Rachi Toledot – Béréshit 25:19). A présent, ces moqueurs trouveront une meilleure preuve à leurs accusations en disant que si Avraham avait été le père authentique de Yits’hak, il n’aurait pas été aussi cruel et ne l’aurait pas immolé. C’est pourquoi Yits’hak demanda « Père ! » – Toi , mon père, comment peux-tu faire une chose qui fera douter les gens de ta paternité ?

Avraham lui répondit : « Oui, mon fils »« D.ieu choisira l’agneau du sacrifice, mon fils » sera une preuve que tu es vraiment mon fils. C’est D.ieu, qui t’a choisi, mon fils pour devenir le sacrifice. Si tu étais né d’une relation illicite, tu serais impropre à être offert en sacrifice, comme toute chose provenant d’une faute Mayana Chel Torah p.127 → Komets Hamin’ha

Pareillement certaines personnes disent que Yeshoua serait issu d’une relation illicite hors mariage entre Myriam et Yossef, cependant comme le dit bien le Komets Hamin’ha « si tu étais né d’une relation illicite, tu serais impropre à être offert en sacrifice, comme toute chose provenant d’une faute. »

La suite des Écritures nous apprend qu’Avraham n’a pas sacrifié Yits’hak car un Malakh , un ange est intervenu et à retenue la main d’Avraham. Ainsi qu’il est dit :

וַיִּקְרָא אֵלָיו מַלְאַךְ יְהוָה, מִן-הַשָּׁמַיִם, וַיֹּאמֶר, אַבְרָהָם אַבְרָהָם; וַיֹּאמֶר, הִנֵּנִי. יב וַיֹּאמֶר, אַל-תִּשְׁלַח יָדְךָ אֶל-הַנַּעַר, וְאַל-תַּעַשׂ לוֹ, מְאוּמָה: כִּי עַתָּה יָדַעְתִּי, כִּי-יְרֵא אֱלֹהִים אַתָּה, וְלֹא חָשַׂכְתָּ אֶת-בִּנְךָ אֶת-יְחִידְךָ, מִמֶּנִּי.

Béréshit 22:11 « Vayikéra elav Malakh HaSheM/YHVH… »

Béréshit/Genèse 22:11-12 « Mais l’ange de l’Eternel l’appela du haut du ciel, en disant: « Avraham! . Avraham! » II répondit: « Me voici. » II reprit: « Ne porte pas la main sur ce jeune homme, ne lui fais aucun mal! car, désormais, j’ai constaté que tu honores D.ieu, toi qui ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique! » »

Maintenant allons encore plus loin dans l’analyse de ce passage. La suite de notre sidra nous apprend qu’« Avraham, levant les yeux, remarqua qu’un bélier, derrière lui, s’était embarrassé les cornes dans un buisson. Avraham alla prendre ce bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils. » Béréshit/Genèse 22:13.

A ce stade de l’étude il est nécéssaire de rappeler que le mont Moriah, sur lequel la Akéda d’Yts’hak eu lieu, s’avère être le mont du Temple (Temple qui sera construit par le roi Shlomo/Salomon).

Or le verset nous dit « Avraham, levant les yeux, remarqua qu’un bélier… ». Donc si Avraham « lève » les yeux et aperçoit un bélier cela sous-entend qu’il n’est pas au lieu le plus haut du mont Moriah. Or nous savons que l’endroit le plus haut du mont du Temple (Moriah) correspond au Kodesh haKodashîm/Saint des saints.

Nous apprenons par là qu’Avraham « levant les yeux » aperçoit un bélier dans le Kodesh haKodashîm. Par la suite « Avraham alla prendre ce bélier » et l’offrit « à la place de son fils ».

Avraham exécute en réalité un pré-Kippour. Il entre dans le Saint des saints et récupère le bélier pour le sacrifier. La différence notable et que l’un comprend un bouc et l’autre un bélier. Ces évènements sont totalement symbolique. Lors de la préfiguration du sacrifice de Yeshoua, la akéda d’Yits’hak, au mont Moriah, au mont du Temple, Avraham plaça un bélier qu’il trouva dans le Kodesh haKodashîm « à la place de son fils ». Une allusion au sacrifice de Kippour ne va pas s’en faire écho dans nos mémoires. Car le Messie Yeshoua à fait la kapara/l’expiation parfaite « et il est entré une fois pour toutes dans le Kodesh haKodashîm/lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. » Hébreux 9:12

 

Que la paix de notre Seigneur Yeshoua soit avec vous!

Kol Touv.

– ✡ –

Source : Torah Bible (TaNakh + Brith Hadasha) /Mayana Chel Torah/ Chabad / L’origine de l’avenir de Rav Haïm Dynovisz / Likoutei moharan/ Littérature juive : Talmud de Babylone/Zohar haKadosh/ Toraconnexion – Cet article a pour but de partager la Torah. 

PARASHA
si tu copies, n'oublies pas de citer ta source.pie

1 thought on “Etude sur la Paracha

  1. merci pour cette enseignement ,il et vrai que l’argent fait parfois perdre le sens de la vie ,de l’honneur ,de la compassion,et de l’amour,et nous éloigne de toute compassion humaine ,mais avec HaSheM nous comprenons que l’argent et juste un moyens de pourvoir manger se vêtir et vivre selon sa volonté , et surtout de pourvoir aider ceux qui ont besoin,pour ma part j’essaye de tout mon cœur de faire cela ,parfois notre Seigneur Yéshoua se sert de moi et je donne sans compter car je ces que HaSheM prendra soins de moi si je donne avec amour,,
    Ésaïe 52:3
    Car ainsi parle l’Éternel: C’est gratuitement que vous avez été vendus, Et ce n’est pas à prix d’argent que vous serez rachetés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.