Messianique de Toulon

AMT – EMET – אמת

Paracha Béhar

Les choses du cœur

 

Notre Paracha s’ouvre sur les enseignements entourant l’année du Yovel et de la Chmitah : 

Comment la Terre a besoin de se reposer de nos travaux et nous apprenons que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de chaque parole prononcée par Hachem. 

C’est la confiance et la foi qui donnent la vie ; la terre est à Hachem et sa plénitude.

Dans la Haftarah, ce message continue : 

Israël était sur le point d’être exilé et la Parole du Seigneur vint à Jérémie lui disant d’acheter le champ de son oncle à Anatot. 

Il savait que le D.ieu d’Israël ramènerait notre peuple, donc investir dans la Terre selon le commandement de la Torah ne serait jamais un geste vide de sens.

Pourtant, il avait aussi des doutes. 

 

Jérémie 32 v 24-25 Maintenant, les terrasses avancent jusqu’à la ville, pour la prendre d’assaut; déjà elle est à la merci des Chaldéens qui l’assiègent, en proie qu’elle est au glaive, à la famine et à la peste; ce que tu as annoncé est arrivé, et tu en es témoin. 25 Et pourtant, Seigneur-Elohim, tu me dis: Achète-toi ce champ, à prix d’argent, et constitue des témoins, alors que cette ville est à la merci des Chaldéens! »

 

Nous lisons dans Jérémie 32 v 24-25 le doute qui commence à apparaître dans son coeur. 

Sa peur de la situation et l’imprévisibilité de ce qui pourrait arriver le rongeait. 

Comment Hachem répond-il ? 

 

Jérémie 32 v 26-‎‎27. Mais l’Eternel répondit à Jérémie en ces termes: 27 Certes, je suis l’Eternel, Dieu de toute chair: est-il pour moi rien de trop difficile? 

 

Est-ce que quelque chose est trop difficile pour moi ? Si cela est vrai, et c’est le cas, alors nous devrions rejeter toute peur, inquiétude, panique et stress de l’incrédulité, et à la place saisir la vérité de ce que Dieu dit. 

Et pourtant… nous nous battons avec les certitudes de D.ieu contre les réalités de nos vies et de la vie en général.

 

Jérémie 17 v 5-9Ainsi parle Hachem: Maudit soit l’homme qui met sa confiance en un mortel, prend pour appui un être de chair, et dont le coeur s’éloigne de Dieu! 6 Pareil à la bruyère dans les landes, il ne verra point venir de jour propice; il aura pour demeure les régions calcinées du désert, une terre couverte de sel et inhabitable. 7 Béni soit l’homme qui Se confie en Hachem, et dont Hachem est l’espoir! 8 II sera tel qu’un arbre ( L’homme est un arbre ) planté au bord de l’eau et qui étend ses racines près d’une rivière: vienne la saison chaude, il ne s’en aperçoit pas, et son feuillage reste vert: une année de sécheresse, il ne s’en inquiète point, il ne cessera pas de porter des fruits. 9 Le coeur est plus que toute chose plein de détours, et iI est malade: qui pourrait le connaître? 

 

Jérémie comprent cette vérité, le cœur est trompeur par-dessus tout. 

Il y a quelque chose de mal qui interfère avec notre relation avec D.ieu : pour lui faire confiance et être bénis, nous ne devons pas faire confiance à notre cœur. 

 

Matthieu 15 v 19 Car c’est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.

 

Même Jérémie a eu du mal à combiner la foi avec ce que Hachem lui disait : c’est un problème de coeur.

 

Psaume 14 v 1 Au chef des chantres; de David. L’insensé a dit en son cœur: « Il n’est point de Dieu! » On est corrompu, on commet des actes odieux, personne ne fait le bien.

 

Dans ce Psaume, il est dit que le fou dit dans son CŒUR qu’il n’y a pas de D.ieu. Pas son esprit. 

Il ne s’agit pas d’un argument rationnel, réfléchi, basé sur des preuves et des déductions ; c’est une affaire de cœur.

Du point de vue d’Hachem, c’est le cœur qui est le problème, pas l’esprit. 

En termes simples, le cœur doit être circoncis, l’esprit doit être renouvelé… 

Le premier doit subir un changement fondamental, l’autre a simplement besoin d’un recyclage. 

Et si le cœur a été circoncis, alors le programme de recyclage devrait être simple, bien que parfois il demande beaucoup de temps ! 

La conviction du péché qui nous tombe dessus n’est pas une réaction rationnelle à une compréhension donnée dans une conférence sur la définition du péché. 

Cela vient d’un sens et d’une prise de conscience dans le domaine spirituel (parce que nous SOMMES spirituels) de la présence d’Hachem.

Qu’est-ce que le cœur ? Pour beaucoup de croyant le coeur reste un concept nébuleux : il ne s’agit clairement pas de l’organe qui bat dans notre poitrine. 

Nous avons un « cœur » parce que D.ieu en a un, nous sommes créés à son image et c’est à partir de cette idée que nous comprenons ce qu’est le « cœur » : 

Le cœur du divin exprime sa volonté, son intention, ses émotions et son désir. 

Son cœur exprime sa nature, son caractère et l’expression manifeste de cela. 

Son cœur motive et conduit l’action et la réponse ; c’est la dynamique interne la plus profonde de l’existence. 

Lorsque nous comprenons cela, nous commençons à comprendre ce qu’est le cœur humain et voyons aussi à quel point il est triste que le cœurs de l’homme soient devenus corrompus et rebelles par nature. 

Notre coeur charnel mettra inévitablement à rude épreuve notre  cœur spirituel, notre essence et l’être primordial.

Notre cœur nous égare et nous éloigne d’Hachem. 

Ce siège de base, du pouvoir et de la volonté humaine, de l’émotion et de la personnalité ; DOIT être circoncis s’il doit devenir réellement la demeure de l’Esprit de D.ieu. 

Quand nous avons la volonté et que nous nous donnons les moyen de faire la place dans notre coeur à l’esprit de D.ieu, alors peut commencer un renouvellement et une circoncision du coeur.

Nous sommes de la même nature que Jérémie, nous avons les même luttes et les même doutes.

C’est pourquoi la Torah doit être écrite dans notre cœur, pas dans notre esprit ; 

Elle doit être intériorisée aux niveaux les plus profonds, pas seulement apprise au niveau superficiel. 

C’est une action et une chirurgie cardiaque que seul Hachem peut faire. 

 

Jérémie 17 v 10 Moi, l’Eternel, moi je scrute les coeurs, je sonde les reins, je sais payer chacun selon ses voies, selon le fruit de ses oeuvres. 

 

Le coeur est une entité bizarre, un mélange entre notre Ame divine et notre Ame animale. Dans le coeur nous avons un combat au quotidien pour faire la volonté d’Hachem.

Devant lui nous ne pouvons nous cacher, nous ne pouvons que réclamer son aide pour nous aider à faire descendre ses mitsvot (commandements) dans notre coeur.

Et Hachem par sa parole transformera votre coeur, en vous donnant un coeur de chair et en retirant votre coeur de pierre.

 

Hébreux 4 v 12 Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du coeur.

 

Comme dans notre paracha avec la mitsva sur la Chmitah ( retour de la terre à Hachem ), notre coeur doit faire retour à Hachem.

 

Hébreux 10 v 22 approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure.

 

Kol touv