Messianique de Toulon

AMT – EMET – אמת

Paracha Bamidbar

Sefer Bamidbar

Cette semaine nous débutons le Sefer Bamidbar, 

dans la paracha de cette semaine Hachem ordonne à Moché de faire le recensement du peuple d’Israël, des premiers-nés et des Lévites. 

Et à la fin du livre, après 40 ans d’errance dans le désert un dénombrement est fait.  C’est le livre des dénombrements.

Pour les nations se livre est appeler : « Livre des Nombres », 

la tradition l’appelle en hébreu, ‘Houmach ha-Pékoudim.

C’est dans ce livre que nous retrouvons toutes la plupart des fautes du Am Israël, sauf celle du veau d’or.

Nos maitres appellent aussi ce Sefer Bamidbar : le livre des fautes.

Paracha Bamidbar

Bamidbar  בּמדבר  signifie « dans le désert », la paracha commence par le recensement des tribus et des instructions sur l’arrangement du camp israélite. 

Les Lévites ne sont pas inclus avec les autres dans le recensement, car ils sont responsables du Michkan (Tabernacle) et ont un statut spécial au sein de la nation. 

La paracha commence : 

Nombres 1 v 1-2 Hachem parla à Moché dans le désert de Sinaï, dans la tente d’assignation, le premier jour du deuxième mois, la deuxième année après qu’ils furent sortis du pays d’Égypte, en disant : « Faites le relevé de toute la communauté des enfants d’Israël, selon leurs familles et leurs maisons paternelles, au moyen d’un recensement nominal de tous les mâles, comptés par tête.

Mitsva du recensement 

Comme expliqué dans la paracha Ki Tisa, Hachem a demandé à Moché de faire un recensement afin de collecter des fonds pour la construction du Michkan et de fournir l’expiation pour le sang versé pendant la bataille. 

Cet argent collecté s’appelait kesef hakippurim, argent d’expiation, et devait être fondu pour créer les 100 adanim (socles) utilisées pour maintenir les piliers du Michkan (tabernacle). 

Dans cette parasha, une commande pour un autre recensement a été donnée le Iyyar 1 de l’année 2449, exactement un mois après Roch Hodachim et la dédicace du Michkan (comme expliqué dans paracha Tsav).

Les sages déclarent que Hachem a attendu 30 jours après la dédicace du Michkan pour faire le recensement afin de laisser Israël pleurer la mort des fils d’Aaron, Nadav et Avihu. 

De même qu’un roi compte son armée le jour de son couronnement, Hachem a compté tous les hommes (à partir de 20 ans) qui serviraient dans l’armée d’Israël et qui pourraient aider à conquérir la Terre promise. 

Comme le recensement précédent, les hommes ont été comptés au moyen d’une pièce d’un demi-sicle, selon le Midrach, la raison en est que chaque Israélite étant compté, le Satan en prend note et les accuse devant Hachem de transgresseur, appelant à un châtiment de ses péchés. L’utilisation du demi-sicle était donc un moyen de déjouer l’accusateur. 

De plus, chaque homme devait également fournir des documents prouvant de quel chévèt (tribu) il descendait. 

Moché et les chefs de chaque tribu ont compté au total 603 550 hommes  âgés de 20 à 60 ans pour faire parti de l’armé d’Israël.

Parmi ceux-ci, 22 273 étaient des fils premiers-nés. La tribu de Lévi, cependant, n’était pas comptée avec les autres tribus,

puisqu’elle était séparée pour servir dans le Michkan. 

Disposition des camps 

La paracha explique ensuite comment le camp israélite devait être aménagé.

Le Michkan occupait l’emplacement central, entouré des Lévites (Moché et les kohanim campaient à l’entrée à l’est).

Les douze tribus étaient divisées en quatre groupes de trois, chacun ayant son propre dégel coloré (drapeau ou étendard).

La tribu de Juda était importante et gardait l’entrée du camp intérieur des Lévites à la porte orientale (principale). 

Les tentes de chaque tribu devaient faire face au Michkan.

Cette formation de camp (de plus de 2 millions de personnes) a été maintenue tout en voyageant à travers le désert.

Chaque tribu avait son propre nassi (chef) et son propre drapeau avec sa couleur et son emblème tribal. 

Notez que la couleur du drapeau de chaque tribu correspondait à la couleur de sa pierre respective dans le pectoral d’Aaron ( Exode 28:15-21 ). Par exemple, la pierre de Yéhouda était un escarboucle bleu ciel et donc la couleur de son drapeau était comme la couleur du ciel avec un « lion ardent » brodé dessus (Gen. 49:9). 

Selon le Midrach, un rocher donnant de l’eau accompagnait les Israélites dans le désert, le rocher fut plus tard appelé le « Puits de Myriam ». Chaque fois que les Israélites se préparaient à camper, les 12 nesi’im (les chefs des tribus) chantaient des louanges à Hachem, et le rocher faisait jaillir quatre ruisseaux d’eau.

Un ruisseau entourait le Michkan, un autre entourait le camp des Lévites et un autre entourait tous les Israélites.

Le quatrième ruisseau marquait les limites de chacune des 12 tribus d’Israël. 

Il est fascinant de noter que l’apôtre Paul a mis en corrélation le rocher vivifiant qui a fourni de l’eau surnaturelle aux Israélites avec le Machia’h Yeshoua

(1 Cor. 10:4).

En d’autres termes, Yéchoua lui-même était la source de vie pour les Israélites alors qu’ils erraient dans le désert du Sinaï. C’est encore vrai aujourd’hui…. 

Le Recensement des Lévites 

Dans la paracha Emor le texte nous relate que Yakov avait 12 fils qui sont devenus les douze tribus (chevatim) d’Israël.

Son fils Lévi eut trois fils : Gerchon, Kehat et Mérari (Gen. 46:11 ; Ex. 6:16-26) qui devinrent les chefs des clans des Lévites.

Cependant, Hachem a exclusivement choisi l’arrière-petit-fils de Lévi, Aaron et ses descendants parmi tous les Lévites pour être Ses prêtres ( Nombres 17:1-10 ).

En d’autres termes, il y a quatre divisions de Lévites : 

1. Les Guerchonites – Descendants du fils premier-né de Lévi, Gerchon  גרשׁון  .

Ce clan était chargé de prendre soin des articles tissés du mishkan (c’est-à-dire les revêtements des murs et du toit du tabernacle). Ils habitaient du côté ouest du Michkan. 

2. Les Kohatites – Descendants du deuxième fils de Lévi, Kohat קהת .

Ce clan portait les objets sacrés du Michkan. Notez que les kohanim sont un sous-ensemble de ce clan. Ils habitaient du côté sud du Michkan. 

3. Les Mérarites – Descendants du plus jeune fils de Levi, Mérari  מררי .

Ce clan transportait les parties en bois du Michkan ainsi que les cordes et douilles utilisées pour le rideau de la cour. Ils habitaient du côté nord du Michkan.

 4. Les Kohanim הכמרים Descendants de l’arrière-petit-fils de Lévi, Aaron אהרון. 

Ce clan était chargé d’accomplir le service, tous les korbanot (sacrifices) et autres rituels au nom de tout Israël.

Seuls les Kohanim étaient autorisés à accomplir l’avoda (service sacerdotal) au nom d’Israël. Ils habitaient du côté est du Michkan. 

Hachem ordonna qu’un recensement séparé des clans de Lévi soit effectué.

Contrairement au recensement des hommes israélites de 20 ans et plus, les hommes lévites devaient être comptés à partir d’un mois et plus. 

Pourquoi un recensement séparé ? 

Rachi donne deux explications.

Premièrement, ils avaient des responsabilités particulières dans le Michkan et « il convient que la légion du roi soit comptée à part ». Deuxièmement, Hachem savait d’avance que le péché des espions susciterait un décret et que tous ceux qui seraient comptés mourraient pendant leur quarante ans d’errance dans le désert.

Hachem n’a pas voulu que la tribu de Lévi soit incluse dans ce décret parce qu’ils n’ont pas péché avec le veau d’or (la deuxième explication de Rachi est étrange, puisque nous savons que toute la génération du désert est morte (à l’exception de Josué et Caleb), y compris les Lévites, avant qu’Israël ne puisse entrer dans la Terre Promise (Nombres 14:28-30).

Le résultat du recensement Lévite était de 22 300 hommes, de loin la plus petite des tribus.

Une raison donnée pour le faible nombre vient de Rambam, qui a dit que puisque les Lévites n’ont jamais été contraints à des travaux forcés par Pharaon, la promesse d’Hachem de multiplier les chévatim qui étaient opprimés en Égypte ne s’appliquait pas à eux (Ex. 1 : 12). 

Quand Israël a été conduit (par la colonne de feu) vers un nouvel emplacement au cours de leurs errances dans le désert, les trois clans lévites ont d’abord démantelé et transporté le Michkan et l’ont remonté au centre du campement suivant.

Ils installèrent alors un camp autour de lui : les Kéhatites, qui portaient le mobilier du Michkan (l’arche, la ménora, etc.) campèrent au sud ; les Gerchonites, chargés de ses tapisseries et de ses toitures, à l’ouest ;

et les Mérrarites, qui ont transporté ses panneaux muraux et ses piliers, vers le nord.

Avant l’entrée du Michkan à l’est se trouvaient les tentes de Moché, d’Aaron et des Cohanim. 

Même après, quand Israël est entré dans la terre promise sous la direction de Yéhochoua (Josué), la terre a été répartie entre les tribus en grande partie selon leur ordre de campement dans le désert, comme cela a été souligné par plusieurs commentateurs bibliques.

À l’exception de la tribu royale de Juda, située au « centre » du pays autour de Yérouchalaïm, les autres tribus sont restées proches des parcelles de leurs frères pendant de longues périodes, tout comme elles ont marché avec eux dans le désert.

 

Les Premiers-nés échangés contre les Lévites 

Avant le péché du veau d’or, le fils premier-né de chaque famille Israélite devait accomplir l’avoda (service à l’Éternel) en offrant les korbanot au nom de sa famille (Ex. 13:2).

Cependant, lorsque les fils premiers-nés d’Israël ont plus tard pris part à l’idolâtrie, ils ont malheureusement perdu ce droit.

Seul les clans de la tribu de Lévi n’abandonnèrent pas le Michkan quand Moché était sur le mont Sinaï, et Hachem les honora d’un statut spécial en Israël. 

Hachem a ordonné à Moché d’échanger les rôles du fils premier-né avec les Lévites, qui le serviraient ensuite dans le Michkan.

Cependant, il y avait un problème. Il y avait 22 273 Israélites premiers-nés pour 22 000 Lévites (300 Lévites ne pouvaient pas être utilisés pour l’échange, car ils étaient eux-mêmes des fils premiers-nés).

Pour compenser la différence, une taxe de recensement spéciale de 5 shekels serait exigée des 273 fils (les fils israélites premiers-nés qui payaient étaient tirés au sort. 

L’importance du recensement 

Le recensement, entre autre, indique que Hachem est un D.ieu d’ordre qui se soucie de chaque membre de la communauté.

Chaque croyant est unique, créé et connu par Hachem et aucun n’est invisible ou oublié. Raschi fait la célèbre déclaration : 

כְאִישׁ אֶחַד בְלֵב אֶחַד  kéhich Echad bélèv Echad : Comme un homme avec un seul coeur 

Bien que chaque croyant ait été compté devant Hachem, tout Israël était michpa’hah, une famille, un peuple uni avec qui Hachem était D.ieu et Père.

Cette famille avait des rôles et des fonctions spécifiques, dont chacun ne devait pas être rempli par d’autres.

Par exemple, il était interdit aux Lévites de faire le travail des Kohanim, et vice-versa.

Même au sein des Lévites eux- mêmes, chaque clan s’est vu attribuer son propre rôle unique. 

Devoirs des Kéhathites 

Hachem ordonna en outre qu’un recensement des fils de Kéhat (« Kéhatites ») soit effectué.

Ces hommes seraient chargés de porter les objets les plus sacrés du Michkan : l’arche sainte, le choul’han,

la ménora et les deux autels (l’autel des parfums et l’autel d’airain). 

Les objets sacrés ne devaient pas être transportés autrement que sur les épaules des hommes de Kéhat.

De plus, aucun de ces objets sacrés ne devait être regardé ou touché par les Kéhatites (ou tout autre Lévite), sous peine de mort. 

Avant chaque voyage, le clan kohanim recevait l’ordre d’emballer soigneusement ces objets.

Chaque objet avait son propre emballage.

Lorsqu’ils couvraient l’Aron Kadoch (arche sainte), les kohanim marchaient à reculons et drapaient le parochet sur l’arche.

Ensuite, il était enveloppé dans une couche imperméable de peau  de «tac’hach ».

Enfin l’arche était recouverte d’un tissu de té’hélèt (laine teinte en bleu), symbole du ciel. 

Les Kohanim couvraient également soigneusement les autres objets sacrés.

Le Choul’han (table des pains de proposition) était enveloppé de té’héleèt puis recouvert de peau de ta’hach תָּחַשׁ, tout comme la ménora et l’autel des parfums. 

Le mizbéa’h de cuivre (autel d’airain) était un peu différent, car il avait toujours le feu céleste sous la forme d’un lion qui reposait dessus. Avant chaque voyage, les Kohanim mettaient un couvercle en métal sur le feu, puis étendaient un tissu violet sur l’autel lui-même.

Enfin, tout l’autel était recouvert d’une couche extérieure de peau de ta’hach. 

Ce n’est qu’après toute cette préparation que les Kéhatites étaient autorisés à venir déplacer ces objets sacrés lorsque les Israélites décampaient.

Pour assurer l’ordre dans ce processus, Hachem a ordonné au fils d’Aaron, Elazar (un kohen), de superviser le travail des Kéhatites et de s’assurer que les objets étaient correctement couverts avant qu’ils ne soient déplacés.

Elazar a également été nommé pour porter la chémèn (huile) pour la ménora, la kétoret hasamim (encens parfumé), leminhat hatamid (offrande quotidienne de céréales) et l’huile d’onction.

Il a en outre été chargé de superviser l’ensemble du Michkan et son fonctionnement. 

 Haftara  

La Haftarah est empruntée au second chapitre d’Osée (Hochéa Hanavi), 

Au jour du retour du Machia’h, le Peuple Juif sera de nouveau appelé « Mon Peuple » et « Sœurs qui ont retrouvé la Miséricorde d’Hachem. 

Quant au présent, le prophète juge avec sévérité la conduite capricieuse d’Israël, leur Mère, qui s’est réduite au niveau de l’épouse infidèle. C’est pourquoi Hachem châtiera Israël et l’éloignera des joies du pays. 

Néanmoins, D;ieu aura encore une fois pitié d’Israël et transformera toutes les punitions sévères en grandes bénédictions.

Hachem « parlera avec tendresse » à Israël et la rétablira dans l’état où il l’a rachetée de la servitude en Égypte : 

Osée 2 v 19 Et je te fiancerai à moi pour toujours; oui, je te fiancerai à moi dans la justice, et dans le jugement, et dans la bonté, et dans la miséricorde.  

Dans le royaume millénaire à venir, lorsque Yéchoua le Machia’h règnera à Jérusalem, le peuple qui a survécu à la tribulation sera enfin pleinement restauré en tant que peuple de l’alliance de D.ieu sur la terre. 

Kol touv.